Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

♥ Scènes de vie à Kiwengwa, Zanzibar ♥

blog voyages, zanzibarblog voyages,zanzibar

J'ai eu l'énorme chance de m'envoler pour le soleil et la chaleur de Zanzibar il y a quelques semaines, encore une échappée belle qui tombait à point nommé. Merci frangine. Merci beau-frère 

A Zanzibar je me suis délectée d'une magnifique plage de sable fin et blanc. Celle de Kiwengwa, au nord-est de l'Ile, bercée par les marées de l'Océan Indien. A quelques centaines de mètres de la barrière de corail. Une semaine complète durant. Avec moi. Pour moi. Et pas que. Finalement.

 Kiwengwa et ses scènes de vie rythmées au quotidien par les autochtones qui passent et repassent dans ce paysage de carte postale comme je marche sur les berges de Seine à Paris. Chacun leurs tours y défilent les écoliers, les vendeurs de lunettes, de paréos, de cigarettes et autres attrape-touristes, les marchands de fruits, les commerçants véhiculés faisant la publicité pour leur commerce situé un peu plus loin. Et les guerriers Massaï. Qui déambulent inlassablement pour alpaguer les touristes puis qui finissent par se poser sur le sable fin et blanc de la plage de Kiwengwa. Devant les hôtels. Uniquement dans la zone délimitée qui leur est autorisée. Histoire de ne pas embêter les touristes. Embêter les touristes. Mouhahaha. J'ose vous dire que j'ai été assez choquée quand j'ai découvert d'une que les guerriers Massaï sont en réalité de faux guerriers Massaï. De deux que ces faux guerriers Massaï sont en fait des prostitués. Voilà.blog voyages,zanzibarblog voyages,zanzibarblog voyages,zanzibar

Kiwengwa et ses touristes. A majorité italienne. Constituée de couples. Et de beaucoup de femmes très jeunes. Et beaucoup moins jeunes. Venues ici seules ou entre copines. Pour le soleil. Et pour la compagnie des faux guerriers Massaï. Chacun sa façon de passer ses vacances. Loin de moi l'idée de juger. Je n'avais juste jamais été confrontée à de telles scènes sous mes yeux. Sur une plage de sable fin et blanc.

Kiwengwa et ces autres touristes. Celles qui posent avec les petites écolières contre une assiette de frites (qui finissent irrémédiablement dans le sable. Les gamines se battant pour chacune tenter de s'en octroyer une poignée) ou quelques pièces de monnaie. Je n'ai toujours pas compris l'intérêt de s'afficher sur Facebook ou sur Instagram. Sur une plage idyllique. Aux côtés d'un bébé africain ou de sa grande soeur. Que l'on peut tout aussi bien nourrir ou gratifier sans contrepartie. Leur sourire et leur beauté vaut tellement plus. Qu'une assiette de frites au sable. Ou que de menue monnaie. En fait.

A Kiwengwa, une fois ce topo sociologique constaté mais pas adopté cela va sans dire, j'ai savouré chaque seconde de chaque minute de chaque heure de la distance qui me séparait de Paris. Le body au soleil. Les petons dans l'eau à 30 degrés. Un jus de mangue frais à portée de main. L'année 2015 n'a pas démarrée tout à fait comme je le souhaitais me concernant. Mais il faut croire que ces escapades qui ne m'arrivent jamais par hasard me permettent à chaque fois cette prise de recul nécessaire et salvatrice. Vivement les prochains voyages! Vivement les chouettes rencontres qui surviennent alors que l'on voyage seule aussi!

A Zanzibar j'ai séjourné au Kiwengwa Beach Resort, club de vacances italien qui propose des packages all inclusive**** (norme locale d'un très bon rapport qualité prix). Il n'existe pas à ma connaissance de vols directs pour Zanzibar au départ de Paris. Ce voyage qui m'a été offert était organisé par une agence de voyages italienne. Je m'y suis rendue via Milan en vol charter de la compagnie Meridiana pour laquelle je n'ai rien à redire (j'ai fait une simulation du prix de ce séjour à mon retour et vraiment je recommande aux adeptes des all inclusive en toute simplicité mais dans un cadre à tomber!). 

Si je devais retourner à Zanzibar je pense que j'opterai pour le Melia Zanzibar découvert lors de l'une de mes promenades quotidiennes sur la plage (à 6 km du Kiwengwa Beach Resort. J'adore marcher sur le sable au bord de l'eau). A couper le souffle. Autre budget. Autre façon de voyager. 

xoxo

 Note voyage quelque peu inhabituelle que j'ai hésité à publier...la voici finalement en ligne...

PS : on clique sur les photos pour les afficher en grand format!blog voyages,zanzibar

3 commentaires Rendez-vous sur Hellocoton !

Commentaires

  • Tu as bien fait de publier cette note ! Je trouve ça très important d'être au courant de la réalité des lieux qu'on visite ! Je dois être terrible naïve mais je tombe des nues quand tu parles de ces femmes venues profiter de la présence des (faux) guerriers Massaï. Mon dieu mais quelle conception du tourisme !
    Et je suis tout à fait d'accord, il n'y a rien qui m’agace plus que les gens voulant faire des selfies avec des locaux. Les gens ne sont pas des animaux ou des objets ! J'imagine ma tête si des touristes chinois ou japonais voulaient faire des selfies avec moi devant la Tour Eiffel ! Je me sentirais hyper gênée !
    En tout cas, tes photos sont très belles (ce sable blanc!) et donnent envie de découvrir ce coin de paradis

  • Je ne connaissais pas ce visage de Zanzibar ! Pour avoir lu quelques articles de blogs de personnes y étant allées, je découvre ces pratiques avec ton article :-/ Cela mis à part, les photos sont sublimes ! Quel bonheur de passer quelques jours en au soleil, les pieds dans le sable, en plein hiver ! Je ne pourrai pas partir en vacances avant l'automne prochain alors je pense que je passerai quelques jours au soleil début 2016. Vivement !

  • Très joli billet qui montre l'envers du décor de certains beaux sites touristiques… J'ai beaucoup de mal avec les personnes qui utilisent la misère des autres pour leur propre plaisir égoïste, je ne comprends pas comment on peut se sentir à l'aise après avoir profité d'un jeune garçon (ou d'une jeune fille), bref…

    Cela étant, tes jolies photos donnent envie de partir au soleil, j'en rêve en cette période de froid !

    Bises miss.

Les commentaires sont fermés.