Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Indoor Cycling Addict

le klay,le klay paris,cycling,cycling paris,indoor cycling paris,dynamo cycling,let's ride

Lorsque je me suis offert un abonnement au Klay il y a quelques semaines j'étais loin de me douter que j'allais un jour pédaler dans le vide sur un vélo d'appartement, enfermée avec une quinzaine de congénères à transpirer à gogo au son et ambiance dignes d'une discothèque, tenir quarante cinq minutes le rythme du sportif accompli et surtout...d'y prendre goût. Ah ah, ne jamais dire jamais lorsqu'il s'agit de se refaire une santé, et une silhouette surtout! Le cycling en salle (cours collectifs cardio symbolisant le travail d'un cycliste visant à brûler les calories, perdre du poids et augmenter sa condition physique) fait maintenant partie de ma discipline sportive à raison de trois cours par semaines. J'adore ça et je ne peux plus m'en passer. Comment j'en suis arrivée à cette addiction? On saute sur un vélo on appuie sur les pédales, je vous raconte tout, c'est parti, youhou!

 

Donc en février dernier, dans un état sportif réduit à zéro depuis un an pour raisons de santé j'ai décidé de reprendre les commandes de mon corps. Je rêvais d'un abonnement dans une belle salle de gym parisienne, dotée d'une piscine et d'un service efficace et motivant de coaching, d'un hammam et proposant une carte de cours collectifs complète à savoir du pilates, du yoga, de l'aquagym, du fitness etc. Le tout dispensé dans une super humeur et pas trop loin de chez moi. J'ai opté pour le Klay et je suis très satisfaite de mon choix!

La reprise de la pratique sportive a été vraiment très difficile pour moi. Disparue la nana accro aux endorphines au corps mince et musclé d'il y a un an et demi : c'est fou comme l'on se rend compte à ce moment-là que repartir quasiment de zéro c'est challenging mais tellement nécessaire, si la motivation est là! Un après burn out à gérer (j'ai décidé de vous parler de ce difficile épisode de ma vie dans un article complet très bientôt), un genou qui m'avait totalement lâché et en lequel je n'avais absolument plus confiance, quelques kilos en trop sur mon body : c'était le moment ou jamais pour moi de réagir et de me faire plaisir!

Je me suis écoutée, j'ai repris à mon rythme, j'ai ménagé mon genou et l'ai remusclé progressivement et sûrement. Les cours d'aquagym c'est top pour cela. Le pilates et le yoga aussi. J'ai bénéficié d'une séance avec un coach (offerte dans l'abonnement annuel) qui m'a concocté un programme de reprise. Bon, je peux vous l'avouer je ne l'ai pas encore mis en pratique. Je suis trop une fausse sportive pour pratiquer seule en salle. Et surtout j'ai besoin en ce moment d'une dynamique de groupe pour me motiver. En revanche je promets de l'utiliser en routine lorsque je ne suis pas à Paris, ces exercices constituant la base de l'entretien quotidien pour une jolie silhouette raffermie et dynamique. Aucune raison de m'en priver en Grèce d'où j'écris aujourd'hui donc!

Ainsi reboostée et sûre de mon genou qui tient le choc (le corps est bien plus fort que ce que l'on croit, et le mental c'est vachement important aussi!) j'ai décidé de passer l'échelon plus que supérieur il y a trois semaines. J'avais mis de côté un article du magazine Elle - qui vantait la pratique du cycling parfaite pour 'une peau lisse et raffermie, des jambes fines, des fesses rebondies et un ventre ultra plat, à raison de deux ou trois séances par semaine'. Cette technique qui 'sèche le corps' a 'l'avantage de protéger les articulations' - et en lisant cela j'ai eu un déclic et terriblement envie d'essayer.

Je me souviens avoir interrogé quelques nanas dans le vestiaire de la salle de sport quelques minutes avant mon premier cours. J'avais tellement peur de ne pas tenir le rythme qui me paraissait trop intense pour moi. Il y a celles qui avaient tenté un cours mais qui n'aimaient pas la discipline. D'autres qui n'avaient pas réussi à suivre ni à se motiver pour en tenter un autre et progresser. Et il y avait les dernières, complètement accro qui ne juraient que par ce putain de vélo d'appartement. Ces dernières que j'espérais rejoindre.

Aux premiers coups de pédales je me suis demandée ce que je foutais là. Ambiance un peu warrior, musique tonitruante, un coach qui crie, vraiment pas mon truc. Mais, passées quelques minutes, j'ai compris. Ici c'est chacun pour ses cuisses, son cardio et son popotin. Ici on se fait plaisir et du bien sans juger son voisin. Ici on sait pour quoi on transpire. Ici on oublie les tracas laissés à l'entrée du club et on se vide la tête bien comme il faut.

Croyez moi les premières minutes du premier cours de cycling peuvent être rudes (surtout si la montée en charge et en rythme est rapide, en fonction des programmes des coachs) mais le smile sur le visage et les bénéfices complets que l'on en retire sont juste déments et addictifs. OK je ne vous cache pas que l'on en chie et que l'on guette souvent et avec impatience la fin des quarante cinq minutes sur le compteur au début mais je peux vous dire au terme de trois semaines de pratique que cela vaut tellement la peine! Je me suis surprise dès le premier cours à avoir parcouru quinze bornes et dépensé un peu plus de trois cents cinquante calories. Je n'ai jamais essayé de discipline sportive si énergisante et bénéfique à ce jour (en dehors du running). Et vous?

Depuis, la nana toute contente qui réserve son cours tôt le matin c'est moi. La nana déçue quand le créneau horaire convoité n'est plus dispo et qu'il faudra attendre le lendemain pour se décrasser l'organisme et défouler à fond ses gambettes c'est moi aussi. La nana qui rabâche les oreilles au sujet du cycling à ses proches c'est moi également. La nana qui espère vous avoir donné l'envie de pratiquer c'est moi...enfin, je l'espère!

Beaucoup d'adresses canons dispensent le cycling indoor à Paris. Je ne les ai pas testées étant donné que les cours sont à volonté (dans la limite des places disponibles) pour les membres du Klay, mais j'ai par exemple entendu beaucoup de bien de Dynamo Cycling et de Let's Ride (si vous les avez testés n'hésitez surtout pas à laisser vos avis ici). 

Enfin, mes conseils pour bien débuter la discipline et surtout pour avoir envie de continuer dans la pratique? Pas de panique si vous ne suivez pas entièrement le rythme des premiers cours. D'une part vous n'êtes pas là pour épater vos voisins de vélo mais pour vous. Sachez vous écouter et vous verrez, l'envie de progresser et de se surpasser vient dès les premières séances. D'autre part autorisez vous une journée de récupération entre deux cours. La pratique est intense. Profitez en pour la compléter avec du yoga, du pilates, de la natation etc. C'est ce que je me suis imposée et j'y ai de suite trouvé un véritable équilibre. Enfin, choisissez le bon moment pour vous dans la journée pour ce faire. Pour ma part j'ai constaté être plus efficace et pleine d'énergie le midi : vive la patate d'enfer pour la journée et le soir! 

Ah oui j'oubliais : au Klay le cours de cycling est suivi par tout plein de jolis garçons aussi (que je ne regarde évidemment pas promis chéri). Gniiiiiiiiiii!

xoxo

Crédit photo Le Klay

3 commentaires Rendez-vous sur Hellocoton !

Commentaires

  • I love your style, it's so pretty and girly! x

  • Coucou, je redoute la musique tonitruante et les cris du coach mais d'après les bienfaits à court terme, je pense peut-être être capable de sauter le pas. Merci pour ton avis, je ne sais pas si je le ferai mais c'est la première fois que ça me fait envie après avoir lu un article à ce sujet. Bisous et bon séjour en Grèce. :)

  • Coucou Cécilia, avec plaisir! N'hésite pas à revenir laisser tes impressions suite à ton premier cours si tu en as envie surtout! Bises

Les commentaires sont fermés.